Ordre de bataille français à Vauchamps

Pasted Graphic 2
Tout comme les autres batailles de 1814, établir l'ordre de bataille des corps français présent à la bataille de Vauchamps est un exercice périlleux et non définitif. C’est donc avec humilité et sachant que des changements pourront être apportés au gré des découvertes que je soumets ce travail au lecteur. Lorsqu’ils n’y pas de mention contraire, l’ordre de bataille et les effectifs proviennent de la Situation au 25 janvier 1814(C2 712). Voir également les explications dans l’ordre de bataille pour la bataille de Montmirail-Marchais[1].


Armée française

Empereur Napoléon 1er
Major général : Maréchal Berthier, prince de Neuchâtel et de Wagram
Maréchal Ney, prince de la Moskova
Maréchal Lefebvre, duc de Dantzig
Général comte Bertrand, Grand Maréchal du Palais

Escadrons de service : environs 400 hommes, 100 de chacun des régiments de Vieille Garde :
..........Régiment de chasseurs à cheval de la Garde
..........Régiment de grenadiers à cheval de la Garde
..........Régiment des dragons de l’Impératrice
……..1er régiment de chevau-légers lanciers polonais

1re division d’infanterie de la Garde – « Vieille Garde »
Commandant : Général Friant (4705 hommes)

..........1re brigade
..........Commandant : Général Cambronne
....................1er et 2e bataillon, 1er régiment de chasseurs à pied………………1265 hommes
....................1er et 2e bataillon, 2e régiment de chasseurs à pied…………………898

..........2e brigade
..........Commandant : Général Petit
....................1er et 2e bataillon, 1er régiment de grenadiers à pied………………1393
....................1er et 2e bataillon, 2e régiment de grenadiers à pied……………….1044

..........Génie……………………………………………………………….…………....105


1re division de voltigeurs (4133 hommes)
Commandant : Général Meunier
..........1er régiment de voltigeurs…………………………………………………….657
..........2e régiment de voltigeurs……………………………………………………..940
..........3e régiment de voltigeurs……………………………………………………1263
..........4e régiment de voltigeurs……………………………………………………1144

..........Artillerie et train………………………………………………………………...129


2e division de voltigeurs (2840 hommes) [2]
Commandant : Général Curial
..........5e régiment de voltigeurs……………………………………………………..680
..........6e régiment de voltigeurs……………………………………………………..633
..........7e régiment de voltigeurs……………………………………………………..717
..........8e régiment de voltigeurs……………………………………………………..670

..........Artillerie et train………………………………………………………………...140


Cavalerie de la Garde [3][4]
Commandant : Général Nansouty
Chef d’état-major : major Laloyère
Aide de camps : colonel Lascours, chef d’escadron Elie de Périgord


2e division de cavalerie de la Garde - Jeune Garde (2228 hommes) [5]
Commandant : Général Laferrière-Lévesque

..........Régiment de chasseurs à cheval de la Garde……………………………...585
..........Régiment de grenadiers à cheval de la Garde…………………..…………909
..........Régiment de dragons de l’Impératrice……………………………………....734


2e division de cavalerie de la Garde - Vieille Garde (2285 hommes)
Commandant : Général Guyot [6]

..........1re brigade
..........Commandant: Général Krasinski
....................1er régiment de chevau-légers lanciers (polonais)………………….600
....................Régiment de chasseurs à cheval de la Garde……………………….511

..........2e brigade [7]
..........Commandant: Général d’Autancourt
....................Régiment de grenadiers à cheval de la Garde………………………401
....................Régiment de dragons de l’Impératrice………………………………..460

Artillerie et train
……………………………………………………………………….300


6e corps
Commandant : Maréchal Marmont, duc de Raguse
Chef d’état-major : Baron Meynadier


8e division d'infanterie (2917 hommes)
Commandant : Général Ricard

..........Brigades Boudin et Fournier
....................2e régiment d'infanterie légère………………………………………...112
....................4e régiment d'infanterie légère….……………………………………..136
....................6e régiment d'infanterie légère………………………………………...197
....................9e régiment d'infanterie légère………………………………………...130
....................16e régiment d'infanterie légère……………………………………….199
....................22e régiment d'infanterie de ligne……………………………………...281
....................40e régiment d'infanterie de ligne……………………………………...223
....................50e régiment d'infanterie de ligne……………………………………...190
....................69e régiment d'infanterie de ligne……………………………………….97
....................136e régiment d'infanterie de ligne…………………………………….582
....................138e régiment d'infanterie de ligne…………………………………….108
....................142e régiment d'infanterie de ligne……………………………………...95
....................144e régiment d'infanterie de ligne…………………………………….306
....................145e régiment d'infanterie de ligne…………………………………….261
....................113e régiment d’infanterie de ligne……………………………….inconnu [8]

21e division d'infanterie (4868 hommes)
Commandant : Général Joubert [9]


..........1re brigade
..........Commandant : Général Pelleport [10]
....................23e régiment d'infanterie légère………………………………………….76
....................37e régiment d'infanterie légère………………………………………...721
....................1er régiment d'infanterie de ligne……………………………………….194
....................15e régiment d'infanterie de ligne………………………………………340
....................16e régiment d'infanterie de ligne………………………………………120
....................70e régiment d'infanterie de ligne………………………………………339
....................121e régiment d'infanterie de ligne……………………………………..400

..........2e brigade
..........Commandant : Général Joubert
....................62e régiment d’infanterie de ligne………………………………………228
....................132e régiment d'infanterie de ligne……………………………………..380
....................1er régiment de marine…………………………………………………..508
....................2e régiment de marine…………………………………………………...740
....................3e régiment de marine…………………………………………………...543
....................4e régiment de marine…………………………………………………...279

Artillerie
…………………………………………………..……………………………..573 artilleurs, 26 pièces et 10 obusiers [11]


1er corps de cavalerie (1900 hommes) [12]
Commandant : Général Doumerc

..........1re brigade
..........Commandant : Général Delaville
....................1er régiment provisoire…………………………………………………...272
..............................constitué d’éléments des régiments suivants :
..............................6e régiment de hussards
..............................7e régiment de hussards
..............................8e régiment de hussards
..............................16e régiment de chasseurs à cheval
..............................1er régiment de chevau-légers lanciers
..............................3e régiment de chevau-légers lanciers
..............................5e régiment de chevau-légers lanciers
..............................8e régiment de chevau-légers lanciers

....................2e régiment provisoire…………………………………………………...432
..............................constitué d’éléments des régiments suivants :
..............................1er régiment de chasseurs à cheval
..............................2e régiment de chasseurs à cheval
..............................3e régiment de chasseurs à cheval
..............................6e régiment de chasseurs à cheval
..............................8e régiment de chasseurs à cheval
..............................9e régiment de chasseurs à cheval
..............................25e régiment de chasseurs à cheval

..........2e brigade
..........Commandant : Général Curto
....................3e régiment provisoire…………………………………………………...614
..............................constitué d’éléments des régiments suivants :
..............................2e régiment de cuirassiers
..............................3e régiment de cuirassiers
..............................6e régiment de cuirassiers
..............................9e régiment de cuirassiers
..............................11e régiment de cuirassiers
..............................12e régiment de cuirassiers

....................4e régiment provisoire…………………………………………………...582
..............................constitué d’éléments des régiments suivants :
..............................4e régiment de cuirassiers
..............................7e régiment de cuirassiers
..............................14e régiment de cuirassiers
..............................7e régiment de dragons
..............................23e régiment de dragons
..............................28e régiment de dragons
..............................30e régiment de dragons

Artillerie : 1 batterie à cheval de 6 pièces [13]


Détachement Maurin(175 hommes) [14]
Commandant : Général Maurin
..........4e régiment de cuirassiers……………………………………………………….44
..........7e régiment de cuirassiers……………………………………………………….49
..........8e régiment de cuirassiers……………………………………………………….82


7e division d’infanterie (5428 hommes) [15]
Commandant : Général Leval

..........Brigade Pinoteau (3143 hommes)
....................10e régiment d’infanterie légère (1 bataillon)
....................3e régiment de ligne (1)
....................15e régiment de ligne (1)

..........Brigade de Montfort (2285 hommes)
....................17e régiment d’infanterie légère (1 bataillon)
....................101e régiment de ligne (2)
....................105e régiment de ligne (2)

1 batterie d’artillerie de 8 pièces


2e corps de cavalerie (2298 hommes) [16]
Commandant : Général Saint-Germain [17]

..........Brigade Dommanget
....................1er régiment provisoire…………………………………………………..738
....................Commandant : colonel Deschamps
..............................constitué d’éléments des régiments suivants :
..............................5e régiment de hussards
..............................9e régiment de hussards
..............................11e régiment de chasseurs à cheval
..............................12e régiment de chasseurs à cheval
..............................2e régiment de chevau-légers lanciers
..............................4e régiment de chevau-légers lanciers

....................2e régiment provisoire…………………………………………………..624
....................Commandant : colonel Soure
..............................constitué d’éléments des régiments suivants :
..............................6e régiment de chevau-légers lanciers
..............................7e régiment de chasseurs à cheval
..............................20e régiment de chasseurs à cheval
..............................23e régiment de chasseurs à cheval
..............................24e régiment de chasseurs à cheval

..........Brigade Théry
....................3e régiment provisoire…………………………………………………..689
....................Commandant : colonel Baillencourt
..............................constitué d’éléments des régiments suivants :
..............................1er régiment de carabiniers
..............................2e régiment de carabiniers
..............................1e régiment de cuirassiers
..............................5e régiment de cuirassiers
..............................8e régiment de cuirassiers
..............................10e régiment de cuirassiers

Artillerie
…………………………………………………..……………………………..247 artilleurs, 6 pièces


À propos des effectifs

Il n’y pas de situation d’effectif pour le 14 février 1814. Le nombre d’hommes présents sous les armes lors de la situation du 25 janvier a sans aucun doute changé dans les 20 jours qui ont suivi, certains corps ont participé aux batailles de Brienne, de La Rothière, de Montmirail-Marchais, et aux combats de Champaubert, de Château-Thierry, etc. L’attrition quotidienne était également lourde pendant cette période, mais des renforts ont aussi rejoint l’armée. Encore une fois, il faut aborder ces chiffres avec prudence.


1re division d’infanterie de la Garde (Friant) : 4300 [18]
1re division de voltigeurs (Meunier) : 2000 [19]
2e division de voltigeurs (Curial) : 1300 [20]
2e division de cavalerie de la Garde – Jeune Garde (Laferrière) : 1000
2e division de cavalerie de la Garde – Vieille Garde (Guyot) : 2000 [21]

8e division d’infanterie (Ricard) : 800 [22]
21e division d’infanterie (Joubert) : 2500
1er corps de cavalerie : 1800 [23]

Division Leval : 4000 [24]
2e corps de cavalerie : 2000

Total : 14900 fantassins et 6800 cavaliers pour un total de 21700 hommes



Notes

[1] Certains auteurs, pensons à Martinien et Mir, ont effectué la recension des blessés et morts lors de « six jours de gloire ». Certaines unités qui ne font pas partie de cet état de situation apparaissent. Plusieurs explications peuvent être apportées, la plus probable étant l’incorporation à la hâte des recrues n’ayant pu rejoindre leur régiment dans d’autres formations..
[2] Behaine, IV, p.39, donne un effectif de 2000 hommes et 6 canons, 18 janvier 1814. Par ailleurs, la lettre du 11 février, de Curial à Ney rapporte un effectif de 7 à 800 hommes, sans le 8e régiment de voltigeurs (voir la note 1 de l’ordre de bataille français à Montmirail-Marchais). Étant donné que la division a eue deux jours pour se reposer et que le 8e de voltigeurs a rejoint, de même que les traînard un effectif total de 1300 pour cette division semble plausible.
[3] Pendant les premières semaines de la campagne, la composition exacte des trois divisions de cavalerie de la Garde pose de gros problèmes. À partir des Situations d'effectifs et en faisant des rectifications à l'aide d'autres sources, il est possible d’en avoir un portrait général, mais toujours imparfait. Au sujet de cette 2e division de cavalerie (de toute évidence de Vieille Garde), nous retrouvons deux indications intéressantes dans le journal de Guyot, commandant de cette division : 1) 11 février, « (…) Ma division et surtout les grenadiers et dragons ont beaucoup contribué au gain de cette affaire [Montmirail] »; et 2) 14 février, « (…) les Polonais de ma division (…) » Donc le régiment de chevau-légers lanciers et celui des grenadiers à cheval s’y trouvent.
Nous savons aussi que d’Autancourt commande la brigade des vieux Grenadiers et des vieux Dragons. Quant aux Chasseurs, ils forment traditionnellement brigade avec les Polonais. Cette division fournit également les quatre escadrons de services.
[4] La cavalerie de la Garde comprenait un certain nombre de gendarmes d’élite, mais les informations sur ce corps et son emploi pendant la campagne sont quasi inexistantes. Mentionnons tout de même cet ordre tiré des Inédits napoléoniens compilés par Chuquet, Inédits, I, no 1276 :
« Paris, 6 janvier 1814 – Le régiment de la gendarmerie d’élite de notre garde sera réorganisé pour 1814, comme ci-après : les 540 gendarmes bis qui en font partie, seront diminués de 240 et leur nombre sera réduit à 300. Les 320 gendarmes anciens seront augmentés de 80 et seront portés à 400. Il y aura aussi 160 élèves gendarmes, montés, attachés à notre gendarmerie d’élite ; ils seront pris, pour cette fois-ci seulement, dans ceux du dépôt de Meaux, et, par la suite, ils seront fournis par les compagnies de gendarmerie de l’intérieur d’après la répartition qui sera fixée ». Mais il s’agit d’un ordre et non d’un rapport, il est hasardeux d’en conclure que plusieurs escadrons de gendarmes furent effectivement embrigadés dans les divisions de cavalerie.
[5] État de situation au 1er février, C2 555. Koch, dans son
État de la force et de la composition de la Grande Armée française, à l’époque du 25 janvier, rapporte un effectif de 2585 hommes pour cette division, en incluant le 2e régiment d’éclaireurs de la Garde. Or Pigeard (2005), p.132, indique que : « Le 7 février [1814], la brigade des éclaireurs est dissoute et chaque régiment rentre dans celui auquel il est attaché. » Je n’ai pas trouvé la source de cette affirmation. Ainsi, le 2e régiment d’éclaireurs serait intégré aux Dragons, par conséquent il ne fait pas partie de cet ordre de bataille.
[6] Le général Lefebvre-Desnouettes a été blessé le 29 janvier à la bataille de Brienne, le général Guyot le remplace à partir du 7 février.
[7] Selon d’Autancourt, cité dans Mathieu p. 202. Effectif au 13 février : Vieux Dragons : Présents : 213, Escadrons de service :104, Autres : 89, Total : 406. Vieux Grenadiers : Présents : 390, Escadrons de service :105, En arrière : 20 Total : 515.
[8] Le 113e de ligne rejoint le 3 février, effectif inconnu. De Behaine, IV, p.251, rapporte un effectif d’environ 1200 hommes pour ce régiment le 25 janvier. Pelleport, II, p. 101 et aussi Fabvier, p.29. Pour ce régiment, Martinien recense 3 officiers tués et un blessé au combat de Champaubert, sa participation aux opérations ne fait pas de doute.
[9] Le général Lagrange, blessé à Champaubert, est remplacé par Joubert à Vauchamps (Fabvier p.37).
[10]Pelleport, dans ses mémoires (II, p.91) mentionne que la division Lagrange fut divisée en deux brigades. La première (Pelleport) se composait des 27e (Sic, 23) et 37e légers, et des 1er, 15e, 16e, 70e, 121e de ligne. La 2e brigade, commandée par Joubert, se composait des quatre régiments d’artillerie de marine et des 62e et 123e (Sic, 132e) de ligne.
[11] Selon Berthier,
Instructions pour le commandant de l’artillerie, Champaubert, 11 février 1814, le 6e corps possède à cette date :
2 batteries à cheval : 12 pièces
1 batterie de 12 : 6 pièces
Division Ricard : 4 pièces
Division Lagrange : 5 pièces
Total : 27 pièces
[12] Les effectifs proviennent de C2 712, Situation au 25 janvier 1814. La composition des régiments provisoires est donnée dans C2 555 du 28 janvier 1814.
[13] D’après Berthier,
Instructions pour le commandant de l’artillerie, Champaubert, 11 février 1814.
[14] L’effectif réel de ce détachement le 11 février semble se trouver plus près de 400. En effet, nous retrouvons dans une lettre de Marmont à Napoléon, datée du 8 février : « (…) enfin, je place les 400 chevaux du 2e corps de cavalerie (général Maurin) à Villeneuve où des patrouilles… » (Cité dans Mathieu, p.44-45). Il est par ailleurs étrange que ce détachement soit constitué de cuirassiers. Voir par ailleurs, C21162 du 31 janvier, Napoléon évoque « (…)le général Maurin, avec 600 hommes de la division Bordesoulle et 4 pièces d’artillerie légère, se rendissent à Piney ». Lettre de Doumerc à Marmont, Grands-Essarts, le 9 février : « Les deux régiments de cuirassiers [brigade Curto] à Grands-Essarts avec les 2 pièces d’artillerie, plus les cuirassiers du général Maurin et une partie de sa cavalerie légère ». (Cité dans Mathieu, p.57-58). A cette date, il possible que ce détachement soit intégré au 1er corps de cavalerie.
[15] D’après l’ouvrage du commandant Clerc,
Campagne de Maréchal Soult dans les Pyrénées Occidentales en 1813-1814, Paris, 1894 p. 316. Effectifs au départ de l’armée des Pyrénées. Weil, II, p. 77, écrit que l’effectif de la division Leval au 12 février est de 4000 hommes.
[16]
Situation résumée des 2e et 3e corps de cavalerie au 1er janvier 1814. De Behaine, III, p. 339. L’effectif du 2e corps de cavalerie, ci-devant Exelmans, serait de 2400 chevaux selon Weil, II, p.196; ou de 2000 chevaux toujours selon Weil, II, p.178.
[17] Le général Saint-Germain a quitté Compiègne le 5 février, Napoléon lui donne le commandement du 2e corps de cavalerie le 7 février, le général Exelmans devant rentrer à Paris.
[18] En raison des pertes et de l’attrition quotidienne, Colin ramène – tout comme l’Empereur – l’effectif des deux divisions d’infanterie de la Garde à 8000 hommes. Voir ordre de bataille français à la bataille de Montmirail-Marchais. Après cette bataille et la poursuite qui a suivi, il est raisonnable d’y soustraire encore 5%.
[19] Nous n’avons pas trouvé de source évoquant les effectifs de cette division de Jeune Garde après le 25 janvier 1814. Nous obtenons cet effectif en appliquant la même attrition qu’à la 2e division de voltigeur : 55% de perte depuis le 25 janvier… sauf que Napoléon (C21226) évoque 6000 hommes pour ces deux divisions à la veille de la manœuvre de Champaubert !
[20] Voir supra, note 2.
[21] Voir
À propos de l’organisation et des effectifs de la cavalerie de la Garde en février 1814.
[22] Lettre de Marmont au major général, Fromentières, 13 février 1814, 7 heures du soir : « (…) Mes forces consistent en 2500 hommes de la division Lagrange et 800 hommes de la division Ricard; l’affaiblissement de cette division est le résultat de l’affaire de Montmirail et de détachement qu’elle a faite pour escorter les prisonniers (…) » Cité dans Mathieu, p.208-209.
[23] Le détachement du général Maurin est inclus dans ce corps. Pour les effectifs, voir la lettre de Marmont au major général, Étoges, 13 février 1814, 4 heures du matin, faisant état de 1800 chevaux. Cité dans Mathieu, p.194. 
[24] Voir supra, note 15.
[25] Le maréchal Macdonald écrit au ministre de la Guerre, Port-à-Binson, 7 février, 1 heure de l’après-midi que «  (…) le 2e corps de cavalerie a été engagé tous les jours depuis le 1er, et n’a plus que 8 à 900 chevaux. » Cité par Mathieu p.74-75 et Weil, II, p.166. 
Par ailleurs, Napoléon ordonne au général Saint-Germain de prendre le commandement du 2e corps de cavalerie (C21199). Ce dernier a quitté Compiègne, pour Meaux, où il sera le 7, avec 264 cavaliers montés des 12e chasseurs, 5e et 8e cuirassiers. (
Compiègne en 1814, par le Lt-col. Palat, Bulletin de la société historique de Compiègne, t. 10, 1901, p. 12.) Il faut ajouter 600 cavaliers que le Roi Joseph a envoyés à Meaux (Supplément à la correspondance de Napoléon, p.191. Napoléon à Joseph, Nogent-sur-Seine, le 7 février 1814). Le 9 février(C21227), Napoléon mentionne que le général Saint-Germain est à Meaux avec 800 hommes de cavalerie. Nous pensons donc que les restes du 2e corps, réuni au renfort dépêché à Meaux forme une force d’environ 2000 hommes. C’est également ce qu’avance Weil (II, p.178).







lfranceVER2