À propos de l’organisation et des effectifs de la cavalerie de la Garde en février 1814
- Première partie -

Gericault_ChasseurGarde
Après la désastreuse campagne de l’automne 1813[1], l’Empereur réorganise l’armée en prévision des hostilités qui reprendront l’année suivante. Un premier décret, le 9 décembre 1813, organise la composition des régiments qui feront partie de la garde.

Pour la cavalerie, le premier article ordonne la constitution de trois régiments d'éclaireurs à cheval de la garde. Le deuxième article autorise la dotation des escadrons comme suit :

« En conséquence [illisible], la Garde à cheval sera désormais composée :

-grosse cavalerie :
• Grenadiers à cheval, 6 escadrons de 250 hommes
• Dragons, 6 escadrons de 250 hommes;
-cavalerie légère :
• Chasseurs à cheval, 10 escadrons de 250 hommes
• 1er régiment de lanciers, 4 escadrons de 250 hommes
• 2e régiment de lanciers, 10 escadrons de 250 hommes
-éclaireurs :
• 1er régiment, 4 escadrons de 250 hommes
• 2e régiment, idem
• 3e régiment, idem

Total : 48 escadrons, 12 000 hommes ».

Cette réorganisation des régiments de cavalerie est suivie quelques jours plus tard par un autre décret, le 14 décembre 1813[2], prévoyant l’endivisionnement des régiments de la garde comme suit :

« La cavalerie de notre Garde sera provisoirement organisée en deux divisions.
1re division : général Lefebvre-Desnouettes (employé en Belgique à l'armée du Nord)
• 1er régiment de lanciers
• 2e régiment de lanciers
• Chasseurs (Jeune Garde[3])
• Une batterie à cheval
2e division : général Guyot
• Chasseurs (Vieille Garde[4])
• Dragons (Vieille et Jeune Garde)
• Grenadiers (Vieille et Jeune Garde)
• Deux batteries à cheval
Le reste de l’artillerie à cheval sera attaché à la réserve.
Cette organisation subsistera provisoirement jusqu'à la formation des éclaireurs. »

Il va de soit que l’exécution complète de ces deux décrets nécessite du temps, afin de réunir les hommes, chevaux et équipements nécessaires. Au moment de la publication du décret d’endivisionnement, le général Guyot n’est pas présent à l’armée, il est alors à Paris depuis le 11 novembre. C’est donc au général Laferrière-Levesque qu’échoit le commandement de la 2e division de cavalerie. À la fin du mois de décembre 1813, sous la direction du maréchal Mortier, cette division accompagnera la division d’infanterie de la vieille garde du général Friant dans une longue marche de Namur jusqu’à Langres.

La composition de la division du général Laferrière-Levesque, le 1er janvier 1814, est la suivante [5] :

Division de vieille garde
• Chasseurs à cheval vieille garde, six escadrons
……….649
• Dragons vieille garde, six escadrons
…………………….722
• Grenadiers à cheval, six escadrons
……………………...987
• Gendarmerie d’élite, deux escadrons
……………………511
………………………………………………………..Total : 2869

La situation en Belgique et en Hollande se détériorant rapidement sous la pression des alliés, mais aussi en raison du climat insurrectionnel qui y règne, dès la fin novembre, la 1re division de cavalerie de la garde du général de division Lefebvre-Desnouettes se retrouve employée à l'armée du nord sous le général Maison. Cette division sera par la suite renforcée par des contingents en provenance des dépôts, la portant à un effectif de 16 à 1800 sabres[6]. Ainsi, à l’exception de la 11e compagnie (6e escadron) et des mameluks, les escadrons de jeune garde des chasseurs à cheval feront la campagne de 1814 en Belgique, sous les ordres de leur major, le général de brigade Meuziau. Il en va de même pour les escadrons de jeune garde du 2e chevau-légers lanciers[7], sous les ordres du chef d’escadrons Lastours et 300 gendarmes d’élite à cheval. Lefebvre-Desnouettes sera rappelé à Paris, il laissera le commandement de sa division au général de division Castex.


L’Empereur retourne à l’armée

Poussé par la progression rapide des alliés dans l’est de la France, Napoléon doit retourner à l’armée à la fin janvier 1814. Déconcerté par la mollesse et les reculades de ses maréchaux qui cèdent le terrain sans vraiment offrir d’opposition, il décide de reprendre l’initiative en attaquant Blücher qui lui semble le plus exposé. À cette fin, il ordonne de concentrer plusieurs formations de cavalerie de la garde à Châlons, sous les ordres de Lefebvre-Desnouettes. Ce dernier doit y être le 24 janvier, à la tête de 1100 cavaliers de la garde[8], soit :

• 2e régiment d’éclaireurs
……………………………….313
• Chasseurs à cheval (détachement)
…………………..311
• Dragons (détachement)
…………………………….….260
• Grenadiers à cheval (détachement)
……………..……201

Il y sera rejoint le lendemain par le 1er régiment de chevau-légers lanciers polonais qui arrive de Reims[9]. Ce régiment comptait alors 623 sabres[10]. Le général de brigade d’Autancourt a quant à lui quitté Paris à la suite de Lefebvre-Desnouettes avec environ 600 chevaux constitués en escadrons de marche des :

• 1er chevau-léger lanciers polonais
………………….243[11]
• 2e chevau-légers
………………………………………250[12]
• 1er éclaireurs
…………………………………....…..…100[13]

Donc, le 25 janvier, le général Lefebvre-Desnouettes dispose d’une division de la garde d’environ 2300 chevaux et deux batteries d’artillerie à cheval.

Nous savons par ailleurs que le général de division Colbert quitte Paris le 24 pour rejoindre l'armée. En fait, il doit gagner Arcis-sur-Aube[14]. Il se met à la tête d’une colonne de marche constituée de :

• 1300 hommes de cavalerie de la garde;
• 900 hommes de cavalerie des dépôts de Versailles[15];
• un bataillon de vieille garde (chasseurs et grenadiers) fort de 300 hommes;
• deux bataillons de la division Rottembourg, forts de 1200 hommes; et
• un bataillon du 5e d'infanterie[16].

Mis à part la présence de 313 hommes du 2e éclaireurs[17], nous ne connaissons pas la composition du régiment de marche de la garde de cette colonne. Il y a bien Thoumas, dans sa notice biographique de Colbert, qui écrit que « c’est avec ces 1500 hommes [du 2e lanciers] que Colbert quitta Paris le 25 janvier 1814 pour suivre l’Empereur (…) », nous ne pouvons être que sceptiques devant cette affirmation. Il serait tentant de conclure ainsi, toutefois, comme l’itinéraire du 2e chevau-légers lanciers entre novembre et janvier n’est pas clair, il vaut mieux rester prudent.

2LancierGarde
Quoi qu’il en soit, en Champagne, le général Colbert a effectivement combattu à la tête de la division à laquelle appartient son régiment, le 2e chevau-légers lanciers, les fameux lanciers rouges. D’Autancourt appelle cette division « moyenne garde », ce qui nous incite à penser qu’il s’agit en fait des lanciers rouges, augmentés de quelques autres formations. En effet, ce régiment est considéré comme étant de moyenne garde et son colonel est le général Colbert [18]. Pendant la campagne de France, le régiment est toutefois effectivement commandé par le chef d’escadron de Tiecken.

Finalement, dans son journal, pour la journée du 26 janvier, le général Guyot écrit simplement « parti à la suite de l’Empereur à midi pour commander ses escortes », position qu’il conservera vraisemblablement jusqu’au 30 janvier, lendemain de la bataille de Brienne.

En conséquence, au moment où Napoléon reprend le commandement direct de l’armée principale, la cavalerie de la garde est répartie en trois corps, soit :
  1. une division en Belgique avec le général Castex;
  2. les régiments de la Vieille Garde à cheval avec le maréchal Mortier, sous les ordres directs du général Laferrière-Levesque dans la région de Troyes; et
  3. une division ad hoc formée à partir des détachements mentionnés plus haut à Vitry sous le général Lefebvre-Desnouettes. En effet, ce dernier semble avoir conservé le commandement de l’ensemble, la correspondance de Napoléon dans les jours suivants ne fait référence qu’à la cavalerie du général Lefebvre[19].


- Deuxième partie


Notes


[1] Décret 9 décembre 1813, SHAT W9, cité par Pigeard, 2005, p.133.
[2] Chuquet, Arthur, Inédits napoléoniens, no 1240. Aussi cité dans Pigeard, 2005, p.425.
[3] Il s’agit de la 2e compagnie de mamelucks et la 15e compagnie et les 7e, 8e et 9e escadrons du régiment de Chasseurs à cheval de la garde.
[4] La 11e compagnie (6e escadron) et un escadron de mamelucks rejoindront l’armée en Champagne à la veille de la bataille de Montmirail.
[5] De Behaine, t.IV, p. 119.
[6] « ...) il y aura entre Bruxelles et Anvers une réserve de la Garde, qui sera composée :
• De 300 gendarmes d'élite à cheval, savoir :
120 partis depuis longtemps, 80 partis il y 8 jours, et 100 qui partent aujourd'hui ; ils seront sous les ordres du général Henry ;
• D'un escadron de 200 lanciers du 2e régiment, dont 150 sont partis il y a 8 jours et 50 partent aujourd'hui ;
• D'une compagnie de 100 chasseurs à cheval, dont 50 sont partis il y a 8 jours, et 50 partent aujourd'hui ;
• Enfin d'un escadron de 160 gardes d'honneur ;
ce qui fera 460 : ces 460 chevaux seront réunis à la division du général Lefebvre-Desnouettes, qui est partie de Deux-Ponts pour Bruxelles, et la compléterons à 16 ou 1800 chevaux (…)» Napoléon au général comte Drouot, Aide-major de la Garde impériale, Paris 30 novembre 1813, C20954.
[7] Le 31 janvier, 280 lanciers rouges de jeune garde sont présents avec l’armée en Belgique et 419 lanciers sont détachés. Pawly, 1997, p.72.
[8] Lefebvre de Behaine, IV, p.234.
[9] Napoléon au général Clarke, Duc de Feltre, Paris 23 janvier 1814, C21127.
[10] Venant de Belgique, le 1er Régiment de Chevau-légers lanciers polonais de la Garde impériale arriva à l'Armée le 25 janvier. Il comptait à ce moment 28 officiers et 595 hommes. De son côté, le dépôt de Chantilly, rejoint par celui de Stenay, avait 34 officiers et 482 hommes. Dans le même temps, le 3e éclaireurs présentait à Chantilly 12 officiers et 24 hommes, et à Givet d'où ce dépôt se préparait à partir pour Paris, 40 officiers et 600 hommes. Brunon, p. 34.
[11] Il se pourrait bien qu’il s’agisse en fait des 230 recrues françaises du 3e éclaireurs. D’Autancourt rappelle que le 3e éclaireurs et le 1er régiment de chevau-légers lanciers polonais de la garde constituaient en fait une seule formation pendant la campagne de France.
[12] Pawly et Housset, ce dernier cite Archives nationales AF IV 1669.
[13] Idem.
[14] « (…) Le général Bordesoulle, avec un millier d’hommes de cavalerie, doit se trouver à Arcis-sur-Aube, où se rend le général Colbert. Il est important qu’ils vous gardent ce pont, par où vous pouvez communiquer avec nous. (…) » Napoléon à Mortier, Vitry-le-François, 27 janvier 1814 (à l’aube), C21140.
[15] « Faites venir demain, de Versailles, tout ce qu’il y a de disponible en hommes et en chevaux, appartenant aux deux divisions de cavalerie de réserve, pour paraître à 10 heures du matin, à la parade, dans la cour des Tuileries, et se mettre immédiatement après en marche pour Meaux ». Mots dits par Napoléon à Hulin, Paris, 19 janvier, Chuquet,
Inédits, II, No 2728.
[16] Napoléon au général Clarke, Duc de Feltre, Paris 24 janvier 1814. C21133.
[17] Brunon, p.28.
[18] Sur la classification des formations de la garde, voir Pigeard, 2005, p. 466.
[19] Voir C21136, du 26 janvier 1814.

lfranceVER2