Ordre de bataille français à Montmirail
Pasted Graphic 2
La Situation du 25 janvier 1814 (C2 712) constitue la base pour parvenir à l'ordre de bataille qui suit. Des modifications sont apportées avec d’autres sources documentaires. En effet, la composition des différents corps et leurs effectifs ont varié entre le 25 janvier et le 11 février, date de la bataille de Montmirail.

D’entrée de jeu, il faut souligner que la Jeune Garde n'était pas présente à la bataille de Montmirail. Il s’agit encore d’un mythe provenant de Koch et repris comme argent comptant jusqu’à nos jours par une foule d’auteurs. La confirmation de l'absence des divisions Curial (qui remplace le général Decouz après Brienne) et Meunier, nous vient du chef de bataillon Girod : « Nous étions restés toute une nuit et tout un jour à tirer nos canons des fondrières entre Nogent et Sézanne et entre cette dernière ville et Champaubert ». De plus, le rapport du général Curial remis au Maréchal Ney suite à la bataille de Montmirail laisse peu de doute [1].
Consultez l’article traitant spécifiquement de la cavalerie de la garde pour les détails de ces formations.


Grande Armée française

Empereur Napoléon 1er
Maréchal Berthier, prince de Neuchâtel et de Wagram, major-général
Général de division Belliard, aide major-général de la cavalerie
Général de division Monthion, aide major-général de l’infanterie
Général de division Drouot, aide major-général de la garde
Maréchal Ney, prince de la Moskova [2]
Maréchal Lefebvre, duc de Dantzig, commandant de l’infanterie de la Garde
Général de division Sorbier [3], commandant l’artillerie
Général de division de Léry [4], commandant le génie
Général comte Bertrand, Grand Maréchal du Palais

Escadrons de service, commandés par le général Lion
400 hommes, 100 de chacun des régiments de Vieille Garde :
Général de brigade Lion
..........Régiment de Chasseurs à cheval de la Garde
..........Régiment de Grenadiers à cheval de la Garde
..........Régiment des Dragons de l’Impératrice
..........1er Régiment de Chevau-légers lanciers polonais

1re Division d’infanterie de la Garde – « Vieille Garde »
Général de division Friant

..........1re Brigade
..........Général de brigade Cambronne
....................1er Régiment de Chasseurs à pied, 1er et 2e bataillons................................1265 hommes
....................2e Régiment de Chasseurs à pied, 1er et 2e bataillons...................................898

..........2e Brigade
..........Général de brigade Petit
....................1er Régiment de Grenadiers à pied, 1er et 2e bataillons...............................1393
....................2e Régiment de Grenadiers à pied, 1er et 2e bataillons................................1044
......................................................................Total de la 1re Division de la Vieille Garde : 2600 hommes

Génie [5]..............................................................................................................................201
..........Sapeurs de la Garde, 1re, 2e et 3e compagnies
..........Marins de la Garde, 3e compagnie

..........Régiment d’Artillerie à pied de la Vieille Garde, 2e compagnie [6]..............................82
..........8 pièces

8e Division [7]
Général de division Ricard

..........1re Brigade
..........Général de brigade Fournier
....................2e Régiment d’Infanterie légère, 3e bataillon..................................................112
....................4e Régiment d’Infanterie légère, 3e bataillon..................................................136
....................6e Régiment d’Infanterie légère, 2e bataillon..................................................197
....................9e Régiment d’Infanterie légère, 1er bataillon.................................................130
...................16e Régiment d’Infanterie légère, 2e bataillon.................................................199
...................40e Régiment d’Infanterie de ligne, 3e bataillon ..............................................223
...................50e Régiment d’Infanterie de ligne, 2e bataillon...............................................190
................................................................................................................................Total : 1187 hommes

..........2e Brigade
..........Général de brigade Boudin
..................136e Régiment d’Infanterie de ligne, 1er bataillon.............................................582
..................138e Régiment d’Infanterie de ligne, 1er bataillon.............................................108
..................142e Régiment d’Infanterie de ligne, 1er bataillon...............................................95
..................144e Régiment d’Infanterie de ligne, 1er bataillon.............................................306
..................145e Régiment d’Infanterie de ligne, 1er bataillon.............................................261
................................................................................................................................Total : 1352 hommes
.....................................................................................................Total de la 8e Division : 2539 hommes

Cavalerie de la Garde [8]
Général de division Nansouty
Chef d’état-major : major Laloyère
Aide de camps : colonel Lascours, chef d’escadron Elie de Périgord [9]



1re Division de cavalerie de la Garde [10]
Général de division Colbert

..........2e Régiment de Chevau-légers lanciers......................................................................500
..........2e Régiment d’Éclaireurs.............................................................................................350
..........Escadron de Jeunes Chasseurs .................................................................................250
..........Escadron de Mamelouks ............................................................................................100
.................................................................................Total de la 1re Division de cavalerie : 1200 hommes
..........4e compagnie d’artillerie à cheval


2e Division de cavalerie de la Garde - « Jeune Garde »
Général de division Levesque de Laferrière
Général de brigade Letort
..........Régiment de Grenadiers, jeune garde.......................................................................400
..........Régiment de Dragons, jeune garde...........................................................................400
..........1er Régiment d’Éclaireurs..........................................................................................400
.................................................................................Total de la 2e Division de cavalerie : 1200 hommes
..........5e compagnie d’artillerie à cheval

2e Division de cavalerie de la Garde - « Vieille Garde » [11]
Général de division Guyot [12]

..........1re Brigade
..........Général de brigade Krasinski
....................1er Régiment de Chevau-légers lanciers polonais…………............................550
....................Régiment de Chasseurs à cheval………………………….............................…400
....................3e Régiment d’Éclaireurs……………………………….........................……..…300

..........2e Brigade
..........Général de brigade d’Autancourt
....................Régiment de Grenadiers à cheval de la Garde……….........................….....…550
....................Régiment de Dragons de l’Impératrice………...........................……...……..…400
.........................................................Total de la 2e Division de cavalerie (Vieille Garde) : 2200 hommes
..........6e compagnie d’artillerie à cheval [13]


Renforts arrivés sur le champ de bataille au milieu de l’après-midi :
Maréchal Mortier, duc de Trévise
Chef d’état-major : Général de brigade Lapointe

2e Division d’Infanterie de la Garde
Général de division Michel

..........1re Brigade
..........Général de brigade Gros
....................Régiment de Flanqueurs-chasseurs, 1er et 2e bataillons..............................1042
....................Régiment de Flanqueurs-grenadiers, 1er et 2e bataillons...............................285
....................Régiment de Vélites de Florence…………………….........................................333
....................Régiment de Vélites de Turin……………….....................................................164

..........2e Brigade
..........Général de brigade Christiani
....................Régiment de Fusiliers-chasseurs, 1er et 2e bataillons...................................1366
....................Régiment de Fusiliers-grenadiers, 1er et 2e bataillons....................................688
..................................................................................Total de la 2e Division de la Garde : 3878 hommes

..........Régiment d’Artillerie à pied de la Vieille Garde, 1re compagnie [14]...........................75
..........8 pièces
..........Régiment d’Artillerie à pied de la Jeune Garde, section de la 2e compagnie
..........4 pièces?

Division de cavalerie indépendante [15]
Général de division Defrance

..........1re Brigade
..........Général de brigade de Ségur
....................3e Régiments de Gardes d’honneur…….................................…………………210
....................4e régiments de Gardes d’honneur……...…………...…….….…….....…………195

..........2e Brigade
..........Général de brigade Picquet
....................1er Régiment de Gardes d’honneur…………….……………….….…………….172
....................10e Régiment de Hussards……………………………….….….…………………424
........................................................................Total de la Division des Gardes d’honneur : 801 hommes

Résumé de l'artillerie présente sur le champ de bataille [16]
..........2 batteries à cheval du 6e corps:..........………………………………………………….12 pièces
..........1 batterie de 12lbs du 6e corps :………..………………………………………………....6 pièces
..........1 détachement de la division Ricard :…………..…………………………………………4 pièces
..........1 batterie à pied de la Garde :…………………………………………………………..….8 pièces
..........1 batterie à cheval de la Garde :……………………………………………………………6 pièces
..........1 section à pied de la Jeune Garde (?)
.................................................................................................................................Total : 36 pièces


À propos des effectifs

À partir de la situation du 25 janvier, Colin évalue l’effectif total des Français à 14 500 hommes [17]. Cependant, il omet certaines formations présentent sur le champ de bataille. Reprenons donc le calcul, tout en gardant à l’esprit qu’il s’agit d’approximations.

En raison des pertes et de l’attrition quotidienne, Colin ramène – tout comme l’Empereur – l’effectif de l’infanterie de la Garde à 8000 hommes, soit :

..........Division Friant : 4500 hommes
..........Division Michel : 3500 hommes

Pour la division Ricard, Colin avance le chiffre de 1800 et plus loin 1600 hommes, chiffre que nous retenons même si Fabvier donne 1222 hommes. Mentionnons que le 113e régiment de ligne s’est joint au 6e corps au cours de la première semaine de février, avec un effectif de quelques centaines d’hommes, mais l’incertitude plane sur sa localisation à cette date.

Colin ne prend en compte que deux divisions de cavalerie, Lefebvre-Desnouettes (division reprise par Guyot après La Rothière) et Laferrière-Lévesque et il donne seulement 1000 hommes pour la division Defrance. Total : 4500 cavaliers (sic). Il omet la division Colbert et la brigade Picquet. Notre évaluation des effectifs des trois divisions de cavalerie de la Garde et de la division Defrance, bien qu’imparfaite, ne devrait pas, encore une fois, s’écarter grossièrement de la réalité :

..........Division Colbert : 1200 hommes
..........Division Guyot : 2200 hommes (incluant les 400 hommes des escadrons de services)
..........Division Laferrière : 1200 hommes

..........Division Defrance : 1100 [18]

Faut-il ou non ajouter à ces chiffres les artilleurs? Je ne l’ai pas fait systématiquement, mais il serait possible d’ajouter quelques centaines d’hommes en considérant que les Français disposaient de six batteries d’artillerie, chacune servie par environ 75 artilleurs.

Cela nous donne un total de 15 500 à 16 000 combattants français pour la bataille de Montmirail, soit une augmentation de 6,5% par rapport aux chiffres de Colin, mais une diminution de 24% par rapport à la lettre du 9 février de l’Empereur à Joseph. Encore une fois, à défaut d’être exact, ce chiffre ne saurait s’écarter grossièrement de la réalité. Notons que même en excluant les Gardes d’honneur du général Defrance, plus de 80% des troupes françaises à la bataille de Montmirail sont constitués par la Garde.


Notes

[1] Curial à Ney, 11 février 1814, Montmirail, Minuit.
« Monseigneur,
Je suis arrivé à Montmirail ce soir à 11 heures avec les deux divisions de Jeune Garde que vous commandez. La batterie de la 1re division (Meunier) seule marchait avec la colonne. J'ai laissé le 8e Régiment de Voltigeurs en arrière pour escorter la seconde batterie qui n'avait pas encore rejoint lors de mon départ de Champaubert. Je viens maintenant de recevoir la lettre du général Proteau, commandant à Montmirail. Cette lettre en contenait une du général Monthion qui prévient M. le général Proteau que la ci-devant division Decouz est désignée par l'Empereur pour tenir garnison à Montmirail et qui lui dit en même temps que le général Radet est chargé de veiller à ce que cette division ne passe pas outre. J'ai l'honneur de prier Votre Excellence d'avoir la bonté de me faire connaître si je dois rester avec cette division, qui se compose de 7 à 800 hommes présents, dans le cas où elle serait chargée de conserver le point de Montmirail.
..........Signé : le général de division,
..........Colonel des chasseurs à pied de la Garde,
..........Comte Curial »

*Rappelons que Decouz a été sérieusement blessé à la bataille de Brienne, d'où le « ci-devant ».
L'aide de camps de Curial, le chef de bataillon Félix Girod de l'Ain, confirme aussi la chose. Girod de l’Ain, p.346.
[2] Le maréchal Ney accompagne l’Empereur, mais la Jeune Garde n’est pas présente à la bataille (voir note précédente).
[3] « Le général Sorbier commandera en chef l'artillerie de l'armée : le général Ruty fera les fonctions de son chef d'état-major. » Napoléon à Berthier. Brienne, 31 janvier 1814. Chuquet,
Inédits, I, №1314,
[4] Le général de division Rogniat était enfermé dans Metz assiégé à partir du 15 janvier. Bertrand à Clarke [Ministre de la Guerre], Paris, 22 janvier 1814. Chuquet,
Inédits, I, № 1304. Il fut remplacé par le général de division François Joseph d'Estienne de Chaussegros de Léry.
[5] Au 1re février 1814. SHAT X ab 10. Cité par Mir, p.84.
[6] Effectifs au16 janvier 1814.
État établi par le colonel Lallemand, chef d’état-major de ce corps. SHAT X ab 57. Cité par Mir, Mémento.
[7] Pour plus de détails, voir l’
ordre de bataille français à Champaubert.
[8] Voir aussi
À propos de l’organisation et des effectifs de la cavalerie de la Garde en février 1814
[9] Selon Griois, Mémoires, p. 283.
[10] D’Autancourt appelle cette division « Moyenne Garde ». Le 2e régiment de chevau-légers lanciers est effectivement considéré comme étant de moyenne garde. La numérotation et la composition de ces divisions sont problématiques et causeront beaucoup d’erreurs chez les historiens!
[11] Cette division fournit les quatre escadrons de services.
[12] Le général de division Lefebvre-Desnouettes a été blessé le 29 janvier à la bataille de Brienne, le général de division Guyot le remplace.
[13] Il n’y a pas beaucoup d’information sur les batteries à cheval de la Garde. Les 1re et 2e compagnies avaient été désignées comme réserve à la fin 1813 et entrèrent en campagne attachées à la division que Lefebvre-Desnouettes réunit à Châlon le 25 janvier. Elles prirent part aux batailles de Brienne et de La Rothière et y éprouvèrent des pertes importantes: « L’artillerie de la garde avait particulièrement souffert à Brienne, et deux compagnies de mon régiment, sous les ordres du colonel Marin, avaient été en partie détruites. » Griois, p.281. La 3e compagnie fit campagne en Belgique. Quant aux 4e, 5e et 6e compagnies, elles étaient avec la division de cavalerie de la Vieille Garde jusqu’à la première semaine de février, peut-être organisées en deux batteries. Chuquet,
Inédits, I, № 1240. Cinq compagnies sont donc réunies à Nogent à la veille du mouvement vers Champaubert, comment étaient-elles distribuées ? Il y a fort à croire que la 4e se trouvait avec Colbert, la 5e avec Laferrière et 6e avec Guyot, les deux autres, fortement éprouvées demeurant en réserve. Ce sont des pièces de la 6e compagnie que Guyot semble avoir négligé de protéger après la bataille de Vauchamps. Grivois, II, p.292. Le 15 février, préparant le mouvement de retour sur la Seine, Napoléon ordonne que « chaque division de cavalerie aura avec elle ses batteries d’artillerie légère. » On peut donc présumer que ce n’était pas le cas dans les jours précédents, l’artillerie ayant eu du mal à suivre s’est retrouvée éparpillée. Napoléon à Berthier, Montmirail, 15 février 1814, 4 heures du matin. Correspondance, № 21258.
[14] Litre nous apprend que c’est la 1re batterie de Vieille-Garde qui participa à la bataille de Montmirail. Cela est compatible avec le fait que le capitaine Eggerlé qui la commandait y fut blessé. Il ajoute également qu’une section seulement de la 2e batterie de Jeune Garde put rejoindre à temps. « Le reste de la colonne avait fourni des attelages pour doubler ceux de la première moitié. » Litre, p. 323. Effectifs au 16 janvier 1814.
État établi par le colonel Lallemand, chef d’état-major de ce corps. SHAT X ab 57. Cité par Mir, Mémento.
[15] Archives de Vincennes, C2 715, au 15 février 1814. Cité par Houssaye, p.655. A cette date, le général de brigade Vincent, colonel en second du 3e Garde d’honneur, est à Château-Thierry avec un détachement de 150 Gardes d’honneur. Napoléon à Berthier, Château-Thierry, 14 février 1814. Plus loin, il semble y avoir 250 Gardes d’honneur avec un bataillon de la division Meunier et deux pièces de canon pour garder ce point. Correspondance, № 21248. Napoléon à Mortier, Château-Thierry, 14 février 1814.
Correspondance, № 21252. Le bataillon et les canons doivent rejoindre leur division à Meaux, seuls demeurent les Gardes d’honneur. Napoléon à Berthier, La Ferté-sous-Jouarre, 15 février 1814. Correspondance, № 21262. Une semaine plus tard, les effectifs du détachement ont grossi! « J’ai laissé à Château-Thierry un général avec 400 gardes d’honneur pour assurer le chemin. » Même à l’Empereur, la mémoire joue parfois des tours… Napoléon à Berthier, Nogent, 21 février 1814. Correspondance, № 21335.
[16] Voir Colin, p. 339-340, en particulier cette intéressante Instruction pour le commandant de l’artillerie. La section d’artillerie de la Jeune Garde pourrait être de 2 ou 4 pièces. Quant à la batterie d’artillerie à cheval de la Garde, aucune information ne permet un d’identifier laquelle était présente parmi les trois possibles. Voir supra, note 13.
[17] L’Empereur évalue ainsi les forces à sa disposition : « Corps agissant sous mes ordres. – Il est composé de deux divisions de la vieille Garde, 8000 hommes;
de deux divisions de la jeune Garde, qui sont avec le prince de la Moskova, 6000 hommes;
du corps du duc de Raguse, 6000 hommes; total, 20 000 hommes d’infanterie;
de la cavalerie de la Garde, 6000 hommes;
du 1er corps de cavalerie, 2000 hommes;
de la cavalerie du général Defrance, 2000 hommes; total 10 000 hommes de cavalerie. J’ai donc sous mes ordres 30 000 hommes et environ cent vingt pièces de canon ». Napoléon à Joseph, Nogent, le 9 février 1814, 2 heures de l’après-midi.
Haegele, № 1442.
Encore une fois, l’Empereur arrondit les chiffres par le haut et tout porte à croire qu’il n’avait pas reçu un état d’effectifs récent du duc de Raguse. À partir de ce tableau et retirant les troupes détachées (une division du duc de Raguse et le 1er corps de cavalerie) et absentes (deux divisions de la Jeune Garde), il y aurait dû avoir 19000 hommes présents sur le champ de bataille de Montmirail en fin de journée.
[18] Pour la bataille de Montmirail, Housset cite un état de situation (C2 559) rapportant les effectifs suivants :
..........1er Régiment, 139 hommes ;
..........2e Régiment, 128 hommes ;
..........3e Régiment, 140 hommes ;
..........4e Régiment, 172 hommes ;
..........10e Hussards, 317 hommes.
.......................Total : 896 hommes.
Housset conclut que les 2000 sabres mentionnés par Mathieu pour ce corps sont tout à fait surévalués.Plus loin, il fait référence à un état de situation du 15 février, déjà évoqué plus haut, dénombrant 801 cavaliers. À ce chiffre, ajoutons deux détachements importants (Vincent et La Tourette) totalisant 350 à 450 hommes. La Tourette ne pouvait pas rejoindre Montmirail, il est vers la Férte-Gaucher. Par contre, les 150 ou 250 cavaliers du général Vincent devaient y être. Il est donc fort probable que la division Defrance, le 11 février, compte environ 1000 à 1100 sabres. Encore une fois, c’est ici le mot de Housset, « comme pour tous les chiffres de 1814 il faut rester prudent »! 




lfranceVER2