Rapport du Feldmarschall Blücher – 11 février 1814

Au Prince Schwarzenberg,

J’ai trouvé ici des nouvelles des généraux Yorck et Sacken.

Le premier [sic, c’est plutôt de Sacken qu’il s’agit…], se trouva hier à La Ferté-sous-Jouarre et avait chassé devant soit le maréchal Macdonald jusqu’à Meaux d’où tout s’en allait à Paris et d’après quelques rapports aussi son train d’artillerie. Il était occupé à raccommoder le pont de La Ferté.

Le général Yorck était hier à Château-Thierry et avait raccommodé le pont sauté. Je suppose que l’Empereur Napoléon avec toutes ses forces ira par Montmirail sur ces deux corps. Je leur ai envoyé l’ordre de passer dans ce cas sur la rive droite de la Marne et aussitôt qu’ils le trouvent nécessaire, de détruire le pont. Si l’ennemi devait alors avancer vers eux de paris par Meaux sur la rive droite de la Marne, il leur reste la retraite sur le général Winzingerode[1] à Reims. Une patrouille envoyée par le général Yorck vers ce dernier endroit a trouvé les cosaques de l’avant-garde de Winzingerode à Reims et apporté la nouvelle que le général Winzingerode arriverait à Reims le 10 ou 11. Aussi on a eu des marques de l’avancement du général Bülow.

Si l’ennemi devait avancer ver ma position ici avec des forces supérieures, je me retirerais, évitant un combat décisif par Épernay sur la rive droite de la Marne. S’il ne le fait pas, mais s’il se retire de Sézanne à Montmirail à Coulommiers ou à Provins, je suivrais ses mouvements.

Bergères, 11 février 1814


Note

[1] Ferdinand Freiherr von Wintzingerode (ou Winzingerode)
Feldmarschall-Leutnant dans l’armée autrichienne en 1809, General-leutenant dans l’armée russe depuis 1812...

lfranceVER2