File-Flag_of_Japan.svg Pasted Graphic

mal7_meissonier_001z
1814 Campagne de France. Jean-Louis-Ernest MEISSONIER, Musée d'Orsay.


Ce petit site traitait à l’origine de la « merveilleuse campagne de six jours » [1], plus spécifiquement du combat de Champaubert, des batailles de Montmirail [2], de Château-Thierry et de Vauchamps. Il y a eu des évolutions vers des sujets connexes au cours des ans et des champs d’intérêt, mais le fil directeur demeure. C’est toujours un travail en devenir, voilà l’avantage d’Internet sur le livre : rien n’est définitif!

Le projet est né d’une visite des champs de bataille, puis d’un désir d’en savoir plus, d’ouvrir une enquête, car c’est souvent cette impression qui se dégage de ce travail. En 1814, la Grande Armée (française) se caractérise à la fois par une grande désorganisation et une grande capacité d’improvisation. Conséquemment, la qualité des sources françaises souffre de beaucoup d’imprécisions. Il est, par exemple, excessivement difficile de reconstruire les ordres de bataille. Quant aux sources allemandes et particulièrement russes, la barrière linguistique constitue un obstacle de taille. Il serait très intéressant d’éplucher les archives allemandes et russes sur le sujet… du moins celles qui ont survécu aux guerres et révolutions du XXe siècle.

L’œuvre de Marguerite Mathieu a influencé considérablement ce travail. Comme elle le remarquait justement, « beaucoup n’avaient fait que reproduire le travail de leurs devanciers, répétant les mêmes contradictions et n’apportant aucune solution ». Ce qui nous emmène à faire un détour par Aldous Huxley : « Soixante-deux mille quatre cents répétitions font une vérité… » Or il est frappant de constater comment les auteurs, même ceux de 2015, répètent des erreurs qui en deviennent vérités.

C’est donc sans aucune prétention à l’exhaustivité que ce travail se poursuit. En histoire, il existe souvent plusieurs « vérités », ou du moins plusieurs versions d’un même événement. Des erreurs se sont sans doute glissées dans mon texte. Je suis par conséquent très ouvert aux critiques (constructives), aux commentaires et suggestions. J’invite particulièrement ceux possédant des informations en provenance des sources « alliées » à les partager.

Avant d’aller plus loin, j’invite le lecteur à se poser la question: qu’est-ce qu’une bataille napoléonienne?

Le site est toujours en développement… comme tout est fait par moi — de la recherche à la mise en ligne, en passant par Photoshop et Illustrator — vous excuserez facilement les délais importants entre les mises à jour!

Merci infiniment ceux qui apporté une contribution, parfois sans le savoir, à cette « investigation »…


Note
[1] L’expression vient de Weil, II, p.232.
[2] Il serait plus juste de nommer cette bataille Montmirail-Marchais. C’est cette dernière localité qui fait l’objet des plus âpres combats.



lfranceVER2

Dernière mise à jour le 23 mai 2016

url
23 mai 2016
Gagné par la frénésie entourant la sortie de Star Wars VII — inspiré, serait sans doute plus juste —, j’ambitionne d’élargir la période couverte par cette étude. Ainsi, après « l’Empire contre-attaque », les épisodes de la glorieuse campagne de Six-Jours — Champaubert, Montmirail, Château-Thierry et Vauchamps — je me propose de retourner en arrière et d’examiner l’ouverture de la campagne, « la Menace » bien réelle et la première tentative de la contrer : Saint-Dizier, Brienne et La Rothière. J’en ai pour dix ans, ce qui est tout de même plus rapide (mais beaucoup moins payant) que la sortie des trilogies de G. Lucas!


19 décembre 2015
L’introduction du combat de Champaubert a été réécrite ; ajout du récit que nous a laissé le capitaine de Lauthonnye de son passage à l’ambulance de Larrey au soir de Vauchamps ainsi que d’une petite controverse gracieusetés du maréchal Marmont. Comme toujours, quelques corrections à gauche à droite...

9 septembre 2015
Quelques documents de référence s’ajoutent au texte : les rapports du maréchal Marmont et du général Grouchy à l’Empereur le 14 février 1814; ceux de Blücher à Schwarzenberg du 10, 11 et 12 février. Mises à jour de l’ordre de bataille français à Champaubert et Montmirail ainsi que celui des coalisés et des Français à Vauchamps. Finalement, un petit mot sur l’état de forces du vieux Vörwärts après la retraite à Châlons-sur-Marne, le 15 février 1814.


Pasted Graphic

14 novembre 2014
Un épilogue et une petite mise à jour en photos du développement de La Bataille de Montmirail sur le système de règles de La Bataille Games Series© Clash of Arms - La Bataille de Montmirail Development Update



Historiques des mises à jour