Wargames

Pasted Graphic 3
Les Jeux d’histoire, ou wargames, traitant de la Campagne de France ou de certains épisodes sont peu nombreux. J’en ai recensé seulement trois publiés, dont deux disponibles en français ! Quelques autres devraient suivre pour le 200e anniversaire… Les batailles et campagnes napoléoniennes constituent l’une des périodes de prédilection des « wargamers ». Qu’est-ce qui explique qu’il y a si peu de jeux traitant de l’année 1814? Peut-être la difficulté de reconstituer les ordres de bataille, ou encore la taille des engagements, qui prennent des proportions modestes, lorsque comparées à ceux des autres années, aucune bataille ne compte plus de 50 000 Français.

« 
Napoleon at Bay » est un vénérable jeu créé par Kevin Zucker et aujourd'hui édité par sa boîte, Operational Study Group (OSG). Publié pour la première fois en 1977 par SPI, il a connu plusieurs versions, celle de 1996 (voir photos) étant la plus réussie au niveau des graphiques. Il s’agit d’un wargame à l’échelle « opérative », les unités représentent des divisions d’infanterie ou de cavalerie et des vedettes, un point de force équivaut à 1000 hommes. Toute la campagne est couverte, depuis la bataille de Brienne jusqu’à l’abdication.

Pasted Graphic 4
Napoleon at Bay - Situation à la veille du combat de Champaubert.



Pasted Graphic 10
« Six days of Glory » est également un jeu Kevin Zucker, publié en version originale anglaise par Clash of Arms. Les éditions Tilsit l’on traduit en conservant le même matériel. Également à l’échelle opérative, il couvre spécifiquement la « merveilleuse campagne des six de jours ». Les unités sont des divisions, mais l’artillerie et les vedettes de cavalerie sont distinctes de l’infanterie, un point de force vaut entre 800 et 1000 hommes. Il est possible de jouer avec la dernière version des règles de la série, celle de Seven Days of 1809 (Les sept jours d'Abensberg à Ratisbon) publié par Operational Studies Group.



Pasted Graphic 9
6 jours de gloire - Le matin de la bataille de Montmirail.
Les Russes et les Prussiens réussiront-ils à faire leur jonction?



VV52Couverture
Finalement, nous retrouvons dans le Vae Victis no 52 un jeu de Frédéric Bey utilisant les règles de la série Jours de gloire – Campagne (VV no 41 et 47). Intitulé Valmy 1792 – France 1814, il propose un scénario sur l’ensemble de la campagne de France, mais aussi un plus court sur les combats de février. La carte représente le nord-est de la France sans hexagones, mais plutôt avec des cases reliées. L’échelle est au-dessus des deux jeux précédents, un point de force représentant 3000 hommes.

VV52CarteVV52Pions
Les pions et la carte de Valmy 1792 – France 1814.




Pasted Graphic
Avec La bataille de Paris, 1814 le crépuscule de l’aigle, Walter Vejdovsky nous offre dans le Vae Victis de décembre 2013, un jeu, ou plutôt le jeu, sur la chute de Paris le 30 mars 1814. Deux scénarios sont proposés, l’un historique, une course de vitesse où le joueur allié doit prendre la capitale au plus vite; et l’autre prévoyant un hypothétique retour de l’Empereur vers Paris au lieu de la manoeuvre sur les arrières qu’il tenta à partir du 23 mars. L’échelle des unités est plus ou moins la division, un point de force représentant 500 hommes. Les règles sont simples et le jeu doit permettre des partis assez rapides.


Pasted Graphic 1
Passons maintenant aux jeux en préparation. Kevin Zucker et OSG travaillent sur cinq batailles de la première partie de la campagne de France réunies dans une seule boîte, La Patrie en Danger. C’est donc Brienne, La Rothière, Champaubert, Montmirail et Vauchamps qui seront recrées avec le système Napoleon’s Last Battles. L’échelle de jeu est celle de la brigade, avec des tours d’une heure. Une campagne liant les différentes batailles sera aussi proposée. Les composantes sont chez l’imprimeur…
WebX



Annual2013-cover-large
Le jour n’est plus très loin où l’on verra un jeu de la série La Bataille, de Clash of Arms, pour l’un de ces engagements. Rappelons que La Bataille se veut le système tactique le plus aboutit et détaillé sur la période napoléonienne, 20 minutes par tour, des unités de la taille du bataillon: seuls les figuristes peuvent prétendre atteindre ce niveau de détails. Plusieurs « Règlements » existent pour ces jeux, du plus complexe le Règlement révision 11 au plus simple, le Règlement des Marie-Louise. Une version encore plus épurée, un retour aux années 1970, La Bataille ME Premier est aussi disponible chez les Grognards de Marshal Enterprises. Donc, ATO nous promettait La Bataille de Vauchamps pour 2013, à l’heure où nous écrivons ces lignes il n’est pas encore à la poste. Ça sera donc pour 2014, un plaisir différé étant un plaisir accru, nous ne perdons rien à attendre. Avec une seule carte, le jeu devrait être une excellente introduction à la série.

vauchamps_sample_full

Un aperçu de La Bataille de Vauchamps, l’Empereur frotte les oreilles du vieux Feldmarschall Vorwärts, à paraître prochainement chez ATO.

D’autre part, Montmirail est également en route, l’ordre de bataille est bien établi et les effectifs engagés se comparent à La Bataille de Auerstædt. Ajoutons que la Garde joue un rôle déterminant à Montmirail, les mordus de l’époque (et du système de jeu) en seront ravis! Une publication en 2014 n’est pas à écarter…

P1020776_2
L’aube se lève sur ce qui sera le champ de La Bataille de Montmirail-Marchais. Les Russes ne devraient pas tarder!

Pasted Graphic
L’ordre de bataille français: beaucoup de Gardes, quelques Maries-Louises.





lfranceVER2